Placement
Décryptage

Focus sur les produits structurés

par La rédaction - le 13/05/2020

Souvent prisés par les investisseurs sur des marchés baissiers, les produits structurés constituent une source de diversification dans un portefeuille. Peu liquides et non dépourvus de risques en capital, ils peuvent être attractifs en termes de rendements.

Les produits structurés constituent une classe d’investissement à part entière. Il s’agit d’actifs sophistiqués constituant des solutions d’investissement ou de couverture sur mesure, combinant plusieurs produits financiers. Ils couplent des placements financiers traditionnels, comme des actions ou des obligations, à des produits dérivés (swaps, options…). Dans la mesure où ces produits comportent des mécanismes de plafond et de plancher, ils peuvent se révéler attractifs dans un marché baissier.

En outre, les produits structurés constituent de bons outils de diversification dans la mesure où ils permettent d’investir sur une très large palette d’actifs : actions, devises, taux de change, indices… Ils peuvent être logés dans des supports divers : PEA, contrat d’assurance-vie via les unités de comptes, ou encore dans un compte-titres.

Des performances déterminées à l’avance

Le produit structuré a une durée de vie limitée à quelque trimestres ou quelque années. La durée de ces placements a eu tendance à s’allonger ces dernières années. Les produits à plus de 8 ans sont désormais largement majoritaires. Même s’il existe un marché secondaire, ces produits restent peu liquides. La valeur de remboursement est prédéterminée à l’échéance ou lors d’échéances anticipées en fonction de l’évolution du sous-jacent. Il peut s’agir d’un indice, d’un actif, d’un panier de valeurs, etc…

Le taux de rendement annuel est fonction des scénarios prévus. Si le scénario prévu le plus favorable se réalise, le rendement maximal que peut espérer l’investisseur se situe en moyenne entre 6 et 8% pour une bonne majorité des produits structurés.

Un risque de perte en capital

Ces produits, qui ont une période de commercialisation courte, peuvent présenter des potentiels de gains élevés mais ne sont pas sans risque. À l’échéance du produit structuré, qui peut varier entre quelques trimestres et plusieurs années, l’investisseur recouvre son capital, minoré ou majoré en fonction des performances du sous-jacent. Cependant, certains produits structurés offrent une garantie partielle ou totale du capital à échéance. Ces produits offrent généralement un rendement moins attractif. Hormis le risque émetteur, le capital peut être garanti en totalité à 100 % ou partiellement, à 97 % par exemple. Mais, dans un contexte de taux bas, la part des instruments à capital garantit tend à se réduire.

Des produits trop complexes ?

D’après une étude de l’Autorité des marchés financiers menée conjointement avec l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution en février dernier, la complexité des produits structurés diminue. La doctrine de ces deux autorités vise, depuis 2010, à limiter la complexité de produits structurés offerts au public en France. D’après cette étude, la complexité mesurée par le nombre de mécanismes compris dans la formule de calcul du rendement a diminué très nettement après 2010. Cet effet a néanmoins été tempéré par une augmentation du nombre de scénarios affectant le rendement final du produit.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de PRO Épargne et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte